Wednesday, January 28, 2015

BOUM ! CA TE MANQUAIT ?

Design Josyane Boulos et Bernard Sader

Depuis ce matin, les Libanais ne sont plus ni Charlie, Ni Hiba, ni Yves, ni Raef, ni je ne sais plus qui. Ils sont juste abasourdis. En attendant d’être paniqués. Ou carrément niqués.

En moins de 3 minutes et comme d’habitude, le net s’enflamme autant qu’au Sud Liban : Hezbollah a attaqué un convoi Israélien à Mazare3 Chebaa. WTF! Les médias profitent de l’aubaine et les rumeurs vont bon train.

Et sur le petit écran (que je n’ai même pas ouvert, mais j’imagine très bien) on invite déjà des politiciens à 3 sous et des journalistes qui n’ont rien d’autre à faire à venir « analyser la situation »… Comme s’il y avait encore quelque chose à analyser ! A part la grammaire des phrases qu’on nous sort et ressort depuis 1975…

Et le 14 qui insultera le 8 et le 8 qui emmerdera le 14 et les modérés qui seront démagogues en vue des élections prochaines (enfin prochaines… quand les poules auront des dents oui !) et nous peuple con on regarde en disant «  La sama7 Allah !  A Dieu ne plaise !» et on se demande entre nous «  Qu’est ce que tu crois ? » C’est que nous sommes forts de notre expérience ! 40 ans de guerre ça se fête ! Le 13 Avril 2015 d’ailleurs. On commence tôt les feux d’artifices !

40 ans… le démon de midi… Jahlet el Arb3in… Achetez-vous une Porsche rouge au lieu de faire des guerres,  bande d’ignares… Vous ne savez pas que nous allons TOUS mourir un jour ? Pourquoi y aller plus tôt ? Ou le fait que vous êtes tellement applaudis et vénérés vous vous pensez increvables et éternels ? Toute cette classe politiques, 14, 8, 3012 ou 59999, chrétiens, musulmans, athées… tous se valent.

Dès que tu lèves la tête, on t’enfonce encore plus bas. Respirer toi Libanais ? Mais non tu n’y a pas droit. T’es trop con puisque tu continues à porter haut ceux-là même qui t’ont mis dans la merde depuis 1975 !

Et entre des SMS annonçant le nombre de morts et la situation sur le terrain, on reçoit ceux qui vantent le régime qui marche (ouais à d’autres), la méga soirée du samedi avec DJ Truc, et les super soldes à ne pas rater…


Continuons à dormir. Après tout dans nos rêves tout va bien !

Josyane BOULOS 

Sunday, January 25, 2015

AH QU’ELLES SONT JOLIES LES FILLES DE MON PAYS…*


 
Photos: Internet

Dans un Moyen-Orient qui enterre le roi d’un pays où la femme est moins qu’inférieure,  dans un Moyen-Orient où on lapide une femme qui a fait l’amour, dans un Moyen-Orient qui crée des terroristes à la recherche de vierges paradisiaques, apparaissent des Libanaises arrogantes, farouches, belles et courageuses qui défient la chronique et donnent une autre image du Liban d’abord et de ce que le Moyen-Orient peut devenir ensuite : Libre.

Hiba Tawaji, Sally Greige, Aline Lahoud, Haifa Wehbé, Jackie Chamoun et même Mia Khalifa… Merci !

Mia… star du porno. Le monde est mené par le sexe. Arrêtons l’hypocrisie.
Personnellement je préfère une pénétration à une exécution. Je préfère les seins à une tête tranchée, et les faux soupirs de plaisir aux vrais hurlements de défenestration. Ilona Staller, ex-star du porno, célèbre sous le nom de La Cicciolina, a été député italienne… Originaire de Monza, son programme était d’en faire une ville excitante… Mia, on t’attend !

Jackie… championne de ski venue d’un pays où les religieux pensent “qu’une femme ne peut pas prendre une décision saine parce qu’elle a ses règles…” (Comme si nous avions nos règles 365 jours par an) Jackie pose en tenue légère sure les pentes enneigées de la montagne libanaise. Je ne sais pas si elle avait ses règles ce jour-là, mais elle a pris la bonne décision. Maintenant au moins le monde sportif international sait qu’au Liban un: les femmes skient, deux : eh non! Le Liban ce n’est pas le désert (bien qu’on s’acharne a le désertifier) trois: entre Jackie et Mia on ne sait plus a quels seins se vouer… reste a savoir si ces seins-là provoqueront des miracles…

Hiba… star de la chanson sans silicone. Sa voix hier a bouleversé le monde francophone au cours de son passage dans «  The Voice » France. Que sont talent soit supérieur à une émission d’amateurs n’est pas important. 26 ans, quatre octaves, comparée à La Callas. Sur la toile, on écarte timidement le rideau du harem, pour voir apparaître non pas des trancheurs de têtes, mais une voix puissante qui porte haut le nom du Liban. Et en plus elle est naturellement belle ! Hiba, de grâce pas de silicone, botox etc. Restez naturelle pour ne pas donner raison à ceux qui pensent que nous les femmes orientales ne sommes désirables que sans rides et minces… (et de préférence ménopausées pour pouvoir réfléchir…)

Haifa… star de la chanson et du cinéma siliconée. On dira ce qu’on voudra de Haifa Wehbé, moi j’admire son parcours et son arrogance. Elle doit avoir ses règles tout le temps pour aller continuellement à contre-courant des … règles masculines ! Un jour pute dans un film, un autre aguicheuse dans ses clips, un troisième dans une robe transparente à la Star Academy… Provocatrice courageuse face à un courant d’extrémisme religieux qui dénigre la femme, elle fait souffler sur la région un vent de féminisme rafraîchissant. Comme Max, elle est Libre, Haifa…

Sally Greige… Miss Liban. A cause de Miss Israël, le monde entier sait maintenant que les Libanaises sont libérées, et que nous sommes, avec l’Egypte, le seul pays arabe qui participe à cette compétition qui reste l’une des plus suivies au monde. Et comme disait un comédien américain «  It is a beauty pageant… they are all ennemies ! » Sally n’est pas seulement jolie, elle est aussi ingénieur civil. Elle est belle, taisez-vous.

Aline… star de la chanson jeune, fraiche et pimpante. Comme nul n’est prophète dans son pays, son cours passage à « The Voice-France » a fait d’elle l’idole des jeunes filles libanaises. Et c’est très bien ! Intelligente, cultivée, diplômée, sûre d’elle-même, elle est un exemple parfait pour la jeunesse libanaise.

Alors Hiba, Sally, Aline, Haifa, Jackie, Mia et toutes les autres combattantes dans l’ombre… Merci !

Et que personne ne me dise « 3ayb, quelle honte ! ». La honte c’est les coupeurs de têtes, les assassins et les hommes politiques qui les protègent, le laisser-aller par rapport à notre armée dernier rempart contre l’intégrisme, la corruption qui fait que nous détruisons ce qui reste de notre héritage, l’irrespect total de nos gouverneurs face au peuple.

Les seins par contre, c’est naturel.

Josyane Boulos

* chanson de Enrico Macias





Sunday, January 11, 2015

UNE CHARLIE ATTITUDE SCHIZOPHRENIQUE


DESSIN DE AZAM

Il y a quelques jours quand j’ai écrit un article intitulé:  « Je veux bien être Charlie, mais… », je ne m’attendais surement pas à dépasser les 10000 lecteurs et à créer une telle polémique.  J’ai été applaudie et insultée, j’ai déçu et été admirée, traitée d’intelligente et de low IQ.
Je n’ai rien pris personnellement, (je suis moi et c'est déjà très compliqué...) mais ça m’a fait beaucoup réfléchir sur nous les Libanais. Peuple devenu schizophrène parce que sans plafond, sans idéologie commune, sans sécurité, sans un leader rassembleur qui relèvera vraiment mon pays de ses cendres. Un jour libanais, un jour français, un jour turc, un autre canadien… 

Charlie est soudain devenu une bouée de sauvetage. Parce que Charlie est français. Parce que la France est « notre Mère » … On s’accroche aux valeurs prônées par le slogan « Je suis Charlie », même si on ne sait pas ce que c’est Charlie Hebdo, parce que… parce que quoi ?

Les débordements Charliebiesques, que nous avons vécus ces quelques jours…! du moins chez une certaine catégorie de gens. Les « je suis Charlie », « je ne le suis pas »,  les « je ne sais plus qui je suis », les egos libanais à fleur de peau…Tout ça, pour moi, prouve une seule chose : Le Libanais est à la recherche d’une identité. Nous sommes un peuple frustré. Déçus par tous nos combats qui (on pense) n’ont mené à rien. Assoiffés de paix et de lendemains tranquilles. Sans pourtant avoir (encore) le courage de faire quelque chose. Ces 3 derniers jours, j’ai beaucoup entendu «  nous sommes déjà descendus dans la rue, ca ne sert à rien, je ne manifesterai plus pour rien ni pour personne.»

La France est un pays magnifique. Le Liban aussi. Même si je le critique, et parfois je le hais, et souvent je ne rêve que d’une vie paresseuse sur une ile le plus loin possible.
Mais le Liban je me suis trop battue pour, pour baisser les bras.

Le Liban c’est un peu le garde-fou de l’Europe. Le thermomètre. Si nous laissons tomber notre combat pour la vraie Liberté, pas seulement celle de l’expression, j’ai comme une certitude que tout débordera. Nous sommes petits certes, mais tellement Grands. (Je vois déjà les rictus goguenards accompagnés de «  encore une libanaise qui se prend pour le nombril du monde… »)

Nous ne sommes pas des citoyens de seconde zone. Je refuse cet amalgame.
Un lecteur de mon blog m’a assené « accepte le fait que le Liban est un pays du tiers monde, et quand un acte terroriste a lieu dans un pays du tiers monde, il n'a pas le même impacte médiatique que quand il se passe en France. Même si cela te désole, c'est comme ça. Il faut pas avoir fait polytechnique pour le savoir.”
Je peux l’admettre. Mais jamais l’accepter.
Je ne me suis jamais sentie Tiers-mondiste. Je sais très bien que les infrastructures et la gouvernance du pays le sont. Mais la quantité incalculable de créations culturelles, théâtrales, cinématographiques, littéraires qui naissent chaque jour dans ce pays, est une preuve flagrante que nous pouvons aller plus loin. Beaucoup plus loin.

Aujourd’hui, au Liban, on admire la France parce que les français sont dans la rue. C’est facile pour les peuples occidentaux, d’être dans la rue. Ils ne risquent pas grand chose. Mais quand des peuples opprimés qui ont vraiment mal, manifestent en risquant beaucoup, c’est là que nous devons applaudir.

“Si on pose [maintenant] un regard lucide sur les quatre dernières années, force est d’admettre que l’Occident a effectivement perdu ses repères, à commencer par l’Amérique.” Jean-Pierre Estival (Le Monde Arabo- Musulman en pleine tourmente)

De grâce, ne perdons pas les nôtres

Josyane BOULOS







Thursday, January 8, 2015

JE VEUX BIEN ETRE CHARLIE, MAIS...


Je veux bien être Charlie, mais je suis quand même réticente.  Evidemment je n’encourage nullement le terrorisme… loin de là.
Je suis tellement contre la violence que le seul acte violent que je conçoive est celui de tuer un moustique. Et encore… il doit m’avoir piqué au moins 3 fois. Le tuer devient ainsi un acte d’auto-défense.
La liberté d’expression, j’adhère. Les yeux fermés. Farouche défenseur même.
Mais je ne supporte pas l’extrémisme quel qu’il soit, religieux, politique, culturel. C’est égal. Et Charlie Hebdo était quand même extrémiste à sa manière. Ce qui bien sûr, n’excuse pas l’attaque meurtrière. Ignoble. Inacceptable.
Soit.
Maintenant que c’est clair qu’une fusillade n’a jamais rien réglé, je suis quand même étonnée de l’engouement des Libanais à vouloir être Charlie. Alors que Charlie lui n’a jamais été Samir, Gebran, Kamel, Riad, Salim, May et j’en passe. Charlie Hebdo avait même pris parti avec Israël en 2006.
Qu'on rejette l'acte terroriste, oui. Qu’on accuse le meurtre, oui. Qu’on pleure des journalistes, oui. Qu’on déplore la disparition de brillants dessinateurs, absolument.
Mais… Le monde entier aurait réagi comment si le même cas de figure s’était présenté au Liban ? Aurait-on été L’Orient ? Le Nahar ? La Jamhouria ? ou n’importe lequel de nos quotidiens, hebdomadaires ou mensuels ? Evidemment que pas ! Nous sommes devenus tellement « Collateral damage » que tout le monde s’en fiche de nos bombes et voitures piégées. Les médias de la planète nous ont tellement affichés et décrit comme la peste bubonique que nous sommes nous-mêmes convaincus que nous sommes des humains de second ordre.
La preuve la réaction sur les réseaux sociaux libanais.
« Je suis Charlie » pour ressembler à l’occident. Alors que la majorité n’avait jamais entendu parler de Cabu et de Wolinski (dont j’adore les dessins).
 «  Nous ne sommes plus en sécurité nulle part »… Franchement, nous ne sommes pas en sécurité dans notre propre pays et peu nombreux sont ceux qui ont les moyens d’aller vivre tranquille, ailleurs. Commençons par exiger la sécurité chez nous. Commençons à pleurer nos morts. Nos soldats. Nos martyrs (bien que j’ai ce mot en horreur.)
«  Ca fait peur… » Fallait-il vraiment que des français meurent pour commencer à avoir peur ? Et les centaines de morts depuis 1975, (pour les mêmes raisons que ceux du 7 janvier 2014) ça ne vous fait pas peur ? Et les soldats décapités presque devant nos portes ? Quelqu’un a-t-il dit «  je suis Ali Sayed » ? (Pour ne citer que lui) Isis ou Daech c’est pourtant la même chose ou je me trompe?
« C’est que nous nous sommes habitués, mais eux… » Pour moi le coup de semonce. Non je ne veux pas m’habituer au terrorisme, à la mort violente et à l’insécurité. « Eux » ne sont pas mieux que moi ou que quiconque natif de ces 10452km2. Ca me désole qu'on puisse penser ainsi.
Personne quelle que soit sa nationalité, sa couleur, sa religion ou son appartenance ne doit subir une mort due à un acte terroriste ou de guerre. Et cette mort violente ne doit en aucun cas être considérée comme « une habitude »…
Des milliers de Libanais sont morts pour défendre la Liberté. Toutes sortes de Libertés. Et continuent le combat malgré les menaces et la terreur, dans l’ignorance mondiale.
Non, Je ne suis pas Charlie.
Je suis Libanaise.