Monday, February 9, 2015

UNE RELIGION LAIQUE, NOTRE FAÇON DE DIRE NON*

Photo Josyane Boulos - Centre-Ville de Beyrouth

Je suis Maronite de naissance, Grecque-Catholique par mariage, Syriaque-Orthodoxe par divorce, Latine par amour, Alawite par âme soeur, Orthodoxe par ami d’enfance, Arménienne par amie des 400 coups, Sunnite par sympathie, Chiite par affection, Druze par complicité amicale.
Laïque par choix. 

Parce que je ne supporte plus que mes faits et gestes soient imposés par des religieux. Je ne supporte plus qu’on utilise la foi et les croyances pour induire des foules en erreur juste pour que certains atteignent le pouvoir et la « gloire ».

Quand mes enfants étaient tout jeunes, je les entrainais beaucoup plus souvent au théâtre qu’à la messe. Beaucoup plus souvent… A tel point, qu’un jour à l’église, pour un baptême ou une communion, ma fille (5 ou 6 ans à l’époque), qui regardait fascinée les riches costumes des curés et écoutait attentivement la chorale, me sort : «  Maman, il vient quand le loup ? »

Il est là le loup… un extrémisme religieux étouffant, un sectarisme galopant qui bloque tout développement social, un endoctrinement qui tue la spiritualité.

Un certain député – en mal de gloire - enflamme les foules. Entre Allah et le Christ roi. Comme je ne regarde ni news ni talk-show abêtissants,  ce monsieur n’existait pas pour moi. D’ailleurs, je ne dis pas son nom, pour l’ignorer encore plus. Il a crée une polémique en utilisant la religion et depuis hier on parle de lui. Il doit sûrement se sentir mieux et les chrétiens se sentent menacés… Juste les chrétiens ? Comme c’est facile de semer la panique…

Je suis libre de croire ou de ne pas croire, d’aller à la messe ou non, de boire du vin ou de manger du porc. Ca ne fait nullement de moi une personne inhumaine ou une mécréante. Je n’empêche personne d’être pratiquant, religieux ou même bigot mais qu’on ne vienne pas m’endoctriner contre mon gré.

Tu veux te marier civilement ? Fais-le. Tu préfères un mariage religieux ? Fais-le. Tu ne veux pas te marier ? Encore mieux, ça t’éviteras les milliers de dollars que tu verseras, en cas de divorce,  à ceux-là même qui t’ont marié.

Il ne suffit pas de prendre un sens interdit pour se dire libre. Il faut prendre ce sens interdit en sachant pourquoi on le fait et après réflexion et non pas parce que mon « za3im » me dit «  fais-le, je te protège, après tout nous sommes de la même secte».

La religion a divisé le peuple libanais en un millier de groupuscules, et maintenant il est facile de régner. Chaque rue est un principauté, chaque quartier un royaume.
Tout peut éclater n’importe quand ou jamais.
Tout dépend de nous.
Pas d’un miracle.


Amen.

                                                                                                                        * Jean-Jacques Goldman.

Josyane BOULOS 

No comments:

Post a Comment