Tuesday, March 17, 2015

LA CALL-GIRL, L'ARISTOCRATE ET LA FEMME VOILEE

Toile de Brigitte du Merac

Sur le Boulevard du Monde, quelque part là-bas, 3 femmes se rencontrent dans un café. Une call-girl très anglophone, une aristocrate très francophone et une femme voilée très arabophone. Les trois femmes étaient riches. La call-girl s'était enrichie à la sueur…disons de son front à force de conquérir des hommes, l'aristocrate par héritage et la femme voilée grâce au pétrole. Elles étaient là à discuter de choses et d'autres, de la mode, de la cuisine et de la paix dans le monde.

La call-girl :  Dites, qui pensez vous gagnera l'Oscar du meilleur film cette année?
L'aristocrate: Tu vis où toi? Tu ne vois pas ce qui se passe dans le monde? Qui se fiche des oscars quand des centaines d'enfants peuvent mourir?  
La call-girl:  Oh! Tu sais au moment des oscars, la guerre sera finie et une nouvelle démocratie verra le jour
La femme voilée:  Ah bon? Et tu y crois toi? Cite-moi une guerre qui a instaurée une démocratie.
La call-girl: Euh… je ne sais pas, mais tu verras ce sera une guerre propre
L'aristocrate: Ce sera une guerre propre? Parce que tout le monde s'en lavera les mains aprés?
La call-girl: Mais non, tu verras, ce sera mieux, toute cette région pourra enfin vivre comme nous.
La femme voilée: Mais je n'ai aucune envie de vivre comme toi, moi. J'ai mes traditions, ma culture et j'en suis fière.
L'aristocrate, s'adressant à la call-girl: Et les droits de l'homme tu en fais quoi? La liberté de choisir sa façon de vivre?
La call-girl: Les quoi?
L'aristocrate: Tu sais ce concept crée il y a quelques siècles et que les Nations Unies défendent
La call-girl: Les Nations qui?
La femme voilée:  Il n' y a pas de plus sourd que celui qui ne veut pas entendre.
La call-girl: De toutes façons, chez nous on ne risque rien, c'est ma psychanalyste qui m'a dit qu'il ne faut pas que je me fasses du souci, que je continue ma routine, que je ne pense pas qu'il y a partout des fous qui vont commettre des actes terroristes contre moi, que j'ai plus de chance d'avoir un accident de voiture que de mourir dans un acte terroriste
L'aristocrate, ironique: C'est vrai, tu es vraiment trés chanceuse!
La femme voilée:  Tu as pensé à la peur et aux horreurs que vont vivre les victimes civils de cette guerre?
La call-girl: Les armes modernes sont tellement sophistiquées que seuls les méchants seront atteints.
L'aristocrate: Mon Dieu, ce que tu es niaise. Et qui te racontes ces histoires qu'il n' y aura pas de victimes innocentes?
La call-girl: Ben, les médias bien sûr
La femme voilée:  CNN et Fox Tv quoi?
La call-girl:  Bien sûr, pourquoi il y en a d'autres?
L'aristocrate:  Dis-moi, Call-girl, tu ne trouves pas que tout ça est un peu trop mis en scène, on dirait un film hollywoodien, avec les musiques, les beaux soldats, les discours larmoyants, les images clean.
La call-girl: Mais je pensais que c'était un film!

La femme voilée: Et bien ma Chérie, tu l'as ton gagnant aux Oscars!

Josyane Boulos

No comments:

Post a Comment