Sunday, November 15, 2015

DISCRIMINATION QUAND TU NOUS TIENS.



Après les horribles attentats de Beyrouth et de Paris, la toile s’enflamment. Les libanais s’indignent que Facebook les ignore et d’autres libanais s’indignent de ces mêmes libanais qui s’indignent.

Si je peux comprendre qu’un australien, un british, ou un suisse se reconnait plus dans un parisien que dans un libanais, moi-aussi je suis indignée. Parce que depuis “ je suis Charlie”,  (relire mon article dans mon blog) et même bien avant, au cours de mes voyages, je ressens de plus en plus la discrimination, le racisme et l’intolérance des peuples dit “civilisés” envers nous. Déjà avec la demande de visa où on s’infiltre dans notre intimité pour nous permettre de traverser une frontière… On se sent coupable avant même de penser commettre un crime. Et pourtant… Des terroristes reconnus avoir commis les horreurs de Paris, l’un est né en Belgique, l’autre est français (les autres je ne sais pas.)

Et je ne suis pas musulmane. Juste libanaise. Eduquée, cultivée, francophone, anglophone, active, créative, voyageuse, tolérante, naïve, drôle, stupide parfois, basique. Juste humaine. Tout comme les 200000 + libanais toutes confessions confondues morts pour que d’autres s’enrichissent. 
Tout comme mes amis Khodr, Ali, Hassan, Rashad, Mohammad, Layla, Nada, Alya, Aisha, Mehdi, Walid, Moustapha… Qui s’inquiètent a chaque fois qu’ils doivent prendre l’avion et passer la douane alors que des cuites mémorables sont leur plus grand délit. On ne le répètera jamais assez : Etre musulman n’est pas synonyme de terroriste. Etre du Moyen-Orient non plus.

Je reprends  cette phrase de mon article « Je veux bien être Charlie, mais … » « Nous sommes devenus tellement « Collateral damage » que tout le monde s’en fiche de nos bombes et voitures piégées. Les médias de la planète nous ont tellement affichés et décrit comme la peste bubonique que nous sommes nous-mêmes convaincus que nous sommes des humains de second ordre. »

Alors oui indignons-nous parce que Facebook n’a pas crée une page d’urgence, oui indignons-nous parce que le monde n’a pas illuminé ses sites historiques. Parce que le silence engendre le silence. Et ce n’est qu’en réclamant inlassablement nos droits qu’on les obtient.


Inlassablement.