Thursday, July 30, 2015

TU RECYCLES OU QUOI?

Sama Beirut et la crise des ordures - Sodeco Photo Josyane Boulos

J’avoue n’avoir rien fait pour sauver Beyrouth des immondices. A part appeler l’organisation Arc en Ciel pour récupérer quelques trucs récupérables de mon bureau, je n’ai rien fait. J’ai regardé s’amonceler les sacs bleus, les sacs noirs, les cartons, et les indéfinis en me rappelant qu’au cours des 15 années de guerre si vile, nous étions souvent descendus « entre voisins » balayer la rue à Sodeco, cette même rue qui voit aujourd’hui se construire un monstre en fer et en béton de 52 étages qui à lui seul produira suffisamment de déchets pour couvrir deux dépotoirs en deux temps, trois mouvements. C’est que je n’ai plus vraiment envie de faire le Don Quichotte. J’y ai cru un certain 14 mars… ce pouvoir de changer les choses. Mais depuis… Mazette, qu’est ce qu’on a été eu !

Mais puisqu’il le faut, et que le recyclage est à la mode, je vais recycler. Mais pas n’importe quoi. Recycler ce qui est unique à moi.

Par exemple au lieu de jeter à la poubelle mes histoires d’amour, je vais les recycler en roman-photo, sirupeux, très « Nous Deux » et pourquoi pas « Nous Trois » bien plus adéquat à nos vécus. De toutes façons, c’est quand le 3 pointe son nez, que le 2 disparaît.  Ou bien je les recycle en Danielle Steel, tellement tarabiscotées ses histoires, qu’elle a surement du sang libanais. Déjà qu’elle s’appelle Steel, dur comme fer, qu’on peut aussi transformer en « Steal » voler… Mais non, le Libanais n’est pas corrompu ! Il recycle… l’argent du contribuable en fortune personnelle.

Au lieu de sur-remplir les bennes avec mes amants d’une nuit, je vais les recycler en Lebanese Gigolos. Et créer une application que j’appellerais Benne-Der, où tout le monde sera SoClean.

Je vais recycler mon énergie en travail productif. Enfin productif, entendons-nous… Je suis dans LA culture. C’est tout dire non ? Vaudrait mieux garder la première syllabe et jeter la deuxième à la poubelle… euh pardon… recycler la deuxième en … en quoi diantre pourrais- je recycler « ture » ???

Je vais recycler ma colère dans les salles de gym. Taper dans un punching bag pendant des heures, m’imaginant que ce sont des poignardeurs, des écraseurs, des violeurs, des meurtriers, bref tous ceux que je veux éviter, et éviter de devenir tellement ma colère prend de l’ampleur.

Je vais recycler ma jeunesse qui fout le camp en voyages puisque les voyages forment la jeunesse. Faudra donc recycler mon passeport en passeport étranger, européen de préférence, pour éviter de recycler mon temps libre en file indienne devant les ambassades.

Et recycler mon empathie, sympathie, antipathie, c’est selon les heures, selon combien de klaxonneurs dégénérés (Aka chauffeurs de taxis) j’ai rencontrés en route, de blondasses en 4*4, de monticules de poubelles, de flics qui se grattent les coucounettes, de gentilles et rares personnes qui me laissent passer, selon si la température frôle les 40 ou pas, s’il y du courant ou de l’eau, bref tout ça pour dire que je vais recycler mon empathie, sympathie, antipathie, en attitude politicarde libanaise primaire qui dit…

… Après moi le déluge, qu’il soit de feu, d’eau ou d’ordures.

Josyane BOULOS 




Saturday, July 4, 2015

LA VIE EST UN LONG COMBAT TRANQUILLE



Tous les jours on nous demande de nous battre.

Que ce soit dans les journaux, à la télé, à la radio, sur Facebook, sur Twitter, dans les blogs, dans les salons, chez le coiffeur… tellement partout que même dans nos rêves nous nous sentons coupables si on ne se bat pas. Alors que dans nos rêves tout ce qu’on veut, c’est quitter son boulot, prendre un billet pour une île lointaine, trouver l’homme/femme qui ne nous fera pas chier et ne jamais revenir. Et si tu révèles ton rêve à quelqu’un on te dit : “ toi la battante?  Mais non! Tu as un tas de défis à relever ! Tu t’ennuierais.»

Et si, justement, on a envie de s’ennuyer ? Non ! Tu n’as pas le droit ! Il faut te battre. Il faut brandir haut les fanions et t’engager dans la lutte.

Lutter pour les droits de la femme, lutter pour celui des gays, lutter contre la torture, descendre dans la rue pour avoir un président (pourquoi ? pour qu’on te phagocyte ta lutte ?), afficher des arcs-en-ciel pour prouver que nous ne sommes pas homophobes, se défendre parce que nous ne le sommes pas (« Quoi tu es pour le mariage gay ? » «  Oui et je t’emmerdes »), militer pour le droit des migrants, militer pour la nationalité des enfants issus d’un mariage mixte (mère libanaise, père non-libanais), défendre le droit de nos amis les bêtes et s’excuser pour avoir tué un moustique de sang-froid, se lever le matin et lutter contre les instincts meurtriers dirigés vers le chantier voisin qui dure depuis 4 ans, prendre la voiture et lutter contre les instincts meurtriers dirigés vers les chauffeurs de taxi et de vans, les gardes du corps, les blondasses qui ternissent la réputation des femmes au volant, lutter pour garder le sourire parce qu’il faut rester positif, lutter pour ignorer la poussée violente du béton, lutter contre ton envie de manger des glaces et du chocolat toute la journée pour éviter les « Yiii tu as grossi ! », en manger quand même et lutter contre ton sentiment de culpabilité, lutter contre l’envie folle de dégrafer ton soutien-gorge en plein rendez-vous parce que merde pourquoi on a inventé ce truc-là (seules les femmes comprendront), en acheter un neuf quand même parce que ça excite ton mec de le dégrafer et lutter contre les pensées genre : dégrafe-t-il celui d’une autre ?, lutter contre la jalousie parce qu’il est quand même fichtrement beau ton mec,  lutter contre ton envie de ne rien foutre mais dépenser quand même ton argent, que tu as un mal fou à faire, pour  en bonne citoyenne lutteuse, faire rouler l’économie, lutter contre ton envie de juste dormir, dormir, dormir pour aller voir the Voice (à part Hiba Tawaji, tu ne sais même pas qui est à l’affiche), John Legend (à part cette chanson là, euh…tu ne sais même pas la fredonner… tu te demandes pourquoi il est une Legend ?), payer une fortune pour aller voir une autre légende d’origine arménienne (tu as invité tes parents) parce que précisément tu te bats pour la reconnaissance du génocide arménien, bref aller partout pour prouver que tu te bats contre la montée de l’extrémisme Daechien (on devrait dire Daechiotte…)  et prouver au monde entier (qui s’en fiche comme de l’an 40) que le libanais est un peuple incroyablement résistant, qui précisément se bat contre vents et marées.

Et puis quand après avoir passer ta journée en mode combat, on te dit « tu as l’air fatiguée, pourquoi ? » résister à l’envie de tabasser la personne qui pose cette question.

Elle est où cette île ?

Josyane BOULOS







Thursday, July 2, 2015

Josyane Boulos, la force pour changer les choses



Ecrit par Scarlett Haddad dans l'Orient-Le jour du 30 juin 2015


En un mois et demi, Josyane Boulos a pris 20 kg. Elle venait d'apprendre que sa fille, Valérie, 4 ans, était « différente ». L'annonce l'a d'abord choquée, puis elle a protesté, convaincue que le médecin se trompait, avant de rentrer chez elle et de prendre pour la première fois de sa vie un somnifère... qui n'a évidemment eu aucun effet. La réalité était là et il fallait l'affronter, avec son lot de souffrances, l'atroce sentiment de culpabilité et la peur. « Mon corps a réagi en s'enveloppant d'une ceinture de graisse », dit-elle, avec le sens de la dérision qui ne la quitte jamais. Mais cette femme sûre d'elle, indépendante, dynamique et active a les larmes aux yeux lorsqu'elle parle de sa fille qui a aujourd'hui 24 ans. « Elle m'a tellement appris, dit-elle. La patience, la tolérance et le fait d'accepter ce que la vie nous donne, sans vouloir toujours plus. Valérie m'a donné une force inouïe. »

Depuis le début, Josyane a choisi de traiter sa fille comme un être normal, sans se laisser aller à la pitié ou à l'indulgence. Elle a voulu à tout prix lui donner une certaine autonomie, surtout après qu'une psychologue française lui ait dit : « Ne vous faites pas d'illusions. À douze ans, elle sera juste capable de coller des enveloppes. » Et finalement, aujourd'hui, Valérie est autonome, plus même, elle a ses activités et surtout elle est épanouie et heureuse. « C'est un rayon de soleil et elle nous donne tant d'amour ! Elle n'est jamais dans le jugement des autres, elle se contente de peu et elle me montre chaque jour la chance que j'ai de l'avoir. »
Mais cela n'a pas toujours été facile. Josyane a commencé par traîner sa fille de psychologue en expert, avant de l'inscrire dans une école spécialisée. Mais elle sentait que sa fille avait besoin de s'exprimer autrement. Comme elle ne trouvait pas de structure qui lui convenait, elle a décidé de créer un centre de loisirs pour les enfants différents. Et c'est ainsi qu'elle a eu la réponse à la question qui, depuis l'annonce de la « différence de sa fille », n'avait cessé de la hanter : « Pourquoi moi ? »

Parce que, justement, elle a suffisamment de force pour changer les choses !
L'Association de Beyrouth pour le développement social, dirigée par Saleh Farroukh, s'enthousiasme pour son projet et lui trouve un local à Badaro dont elle continue d'ailleurs à payer le loyer. C'est ainsi qu'est née l'association al-Majal, qui gère ce centre et qui est actuellement dirigée par le Dr Antoine Chartouni. Le centre accueille donc une vingtaine d'enfants différents et leur apprend des activités adaptées à leurs capacités. Les enfants ayant grandi, il a fallu trouver autre chose. C'est ainsi que le centre de loisirs a commencé à se transformer en boulangerie-pâtisserie où les « jeunes différents » font des gâteaux, des petits-fours et du pain que Josyane se charge de vendre. Elle a même réussi à convaincre une quarantaine d'amis d'acheter chaque mois un kilo de produits du centre. Ce n'est certes pas beaucoup pour faire tourner la machine, mais le Fonds koweïtien participe également au financement et les jeunes ont ainsi une activité de 8h à 17h. « Valérie se prend un peu pour la fille de la directrice, déclare Josyane dans un sourire, mais elle est tellement heureuse dans ce centre. »

Pour Josyane, c'est non seulement une grande fierté mais aussi une grande victoire de voir sa fille devenir de plus en plus autonome. Elle est à présent capable de faire elle-même quelques courses quand on l'attend en voiture et, avec elle, chaque jour est une nouvelle aventure que sa mère est heureuse de vivre. Josyane Boulos a certes bénéficié au début de l'appui de ses parents, Blanche et Jean-Claude Boulos, décédés hélas à deux ans d'intervalle, et sa grande angoisse est aujourd'hui de disparaître à son tour sans avoir créé une structure capable d'assurer un avenir à sa fille. Elle pense d'ailleurs à créer un foyer pour les enfants différents devenus des adultes. Un projet bien ambitieux.
Pour l'instant, il s'agit surtout d'assurer le financement d'al-Majal et de la boulangerie-pâtisserie. C'est pourquoi elle a pris en charge une pièce de théâtre française, Bar, de Spiro Scimone, dans une mise en scène de Jérémy Lemaire, qui se produira au théâtre Monnot du 16 au 19 juillet...